Skip to content

ERIC DUBOIS, POESIE, EXTRAITS

juillet 21, 2015

Extraits de « Le cahier. Le chant sémantique. Choix de textes 2004-2009 » Eric Dubois
Editions L’Harmattan, collection Accent tonique Poésie, 2015 .

UNE NUIT DE SENS

à perte de nu
vers l’infini définir

cet insaisissable
devenir

monte à cru
une nuit

de sens
pour quel tourment

s’assemble
au coin du temps

je navigue à vue
mon amour s’isole

dans la note sourde
la nuit à blanc

**

EAU VIVE

se souvenir
à l’imparfait
l’eau

qui serpente
oriflamme de nacre
dans l’épaisseur

vive s’ébat
dans les marnes
et les dépôts

un peu de bru/me
de brui/ne
couleur de lait

nourrice aux seins
solides et bolides
caresse les joncs

coule dans la gorge
l’orge et le jour
s’éteint

réceptacle
de la mémoire
parchemin

jamais ne meurt
le goût de
la promenade

**

DU FEU

on aime parfois allumer dans la nuit des feux protecteurs des pénates et des sentiers intimes
et laisser dériver ses pensées premières le long des voies sans balise

on aime creuser dans son lit les plumes et le coton de quelques blessures passées et dormir
dans le plaisir du plaisir

on aime vivre dans le vivier de quelques amis
et les écouter nous écouter des voix nues

on aime tout cela et plus encore et mieux on aime
particulièrement toucher l’âme

**

CHEMIN

en amont du siècle
par où passent les
loups

je creuserai
mon chemin
en balisant
de blancs

les mots
qui mènent
à la défaite

je louerai
l’eau et le sable

je soulèverai
le soleil
jusqu’à
plus soif

et bénirai
le cyprès et
l’ortie

en aval
j’ouvrirai
la perspective

et lorsque la
nuit viendra
j’allumerai
un feu
pour mes amis

**

SACREMENT

La nuit les rêves la brèche

Spasme

A la croisée des abîmes les semailles en friche

L’imminence

Je traverse les battements de ton cœur tes arcanes
enterre tes errances

Pensées mortes

Entrevoir une clairière après l’obscurité

Voir le ciel

Pensées mortes

Entrevoir une clairière après l’obscurité

Voir le ciel


11780110_799275506851966_420989047_o


Recueil disponible Recueil disponible
ici



Extraits de « Mais qui lira le dernier poème ? Suivi de C’est encore l’hiver et Radiographie» Publie.Net Collection Publie Papier .

ANNEES

Il faut composer
des bruits s’en extraire

Chaque plan
chaque histoire

De la trousse
sortent les mots

Ecrire
c’est aussi inscrire

Sur les frontons des visages
l’écume du temps

Les panneaux indicateurs
dans quelle direction

Années
chiffres nombres pour quel résultat

Tarit le langage
au pied de l’arbre sentinelle

————————————————————————–

ATTENDRE

Il faut attendre
prolonger

La présence
l’absence

La chair ouverte
fermée

Quand le ciel est
attendre quand même

Noir
que les jours aient un sens

Drapé dans un hiver
comment dire?

Opaque
quand on cherche la transparence

Oui
la transparence

Attendre
c’est notre part d’humanité

——————————————————————————————

DE L’INTERIEUR

Qui sent
dans l’avancée de la nuit

Les pensées
on touche à l’essence même de

L’hiver
de l’intérieur

Les heures volées
la nuit

Dans les couvertures
du temps

Qu’on veut comprendre
chaque regard

Quelques mots
dans le conflit

Étrange musique
air déjà entendu

Nécessité de parler
paradoxe

Affrontement
chacun à tour de rôle

Ses intérêts
dans le partage du sang

———————————————————————–

QUARTIER

Un œil
qu’on ouvre

Le poids du temps
la bouche

Le bras qui
la rue est pleine

se tend
pleine de gens exilés

On dirait
s’accroche à vos chaussures

Une impression comme ça
des gens exilés

C’est ce que j’ai vu
la bouche

Qui demande
l’autre bras aussi

Des gestes
se tend

Qui emplissent l’espace
vision familière

D’un quartier tant de fois
il y a l’eau

Traversé
de la rivière

Les commerçants attentifs
sans vous en apercevoir

——————————————————–

Quelques pas
l’oubli

Chercher à dire
on attend

L’autre cherche aussi
c’est troublant

Marée qui monte
les mots

C’est si simple
comme la continuité des bras des mains

Le geste à la parole
le possible qui se fait jour


11752196_799275716851945_526472726_o

Recueil disponible Recueil disponible aux éditions Publie.net

11756461_799275360185314_403004853_n


Le site d’Eric Dubois
ici



Le Capital des Mots, sur lequel il publie nombre d’auteurs
ici


No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :