Skip to content

Aurélien Clause, poèmes

mai 14, 2013

Le pont de Brooklyn un matin
Puis cette femme
La cicatrice à ses poignets
*
*
*
La sirène enfle au croisement
Un taxi jaune
Y klaxonne un enfant muet
*
*
*

Entre deux trains prêts à partir
Le souffle court
La femme embrasse un inconnu
*
*
*

Au sommet des tours de New York
Le ciel est bleu
Mais nous marchons sous les nuages
*
*
*

Le vieillard qui pousse un landau
A mon passage
Sourit en retenant ses larmes
*
*
*

Sa peau de miel lorsqu’elle danse
Et qu’une goutte
De sueur coule entre ses seins
*
*
*

Le pas hésitant d’un enfant
Derrière lui
Un couple l’observe grandir
*
*
*

L’homme du parc tient une lettre
La tête basse
Il lâche son bouquet de roses
*
*
*

Ses doigts glissent sur le piano
La jeune femme
L’observe en se mordant la lèvre
*
*
*

Son réveil ne sonne jamais
Aux heures piles
Pour ne pas froisser les minutes
*
*
*

Ils se pressent au bord du quai
Leur regard vide
Se perd le long des tunnels noirs
*
*
*

Cela fait peut-être des mois
Mais je ne dors
Toujours que d’un côté du lit
*
*
*

Seul le vent sait ainsi sculpter
Sans le savoir
Des châteaux de coton et d’eau
*
*
*

Dans un sillon de poudre blanche
Ma craie de fer
Rayera l’ardoise du ciel
*
*
*

Seules ses mains fines et blanches
Ne craignaient pas
L’incendie de sa chevelure
*
*
*

Que restera-t-il à cet homme
Au cahier bleu
Quand ses rêves d’enfant mourront
*
*
*

Quand nous nous laissons prendre au piège
De cette toile
D’araignée qu’est notre mémoire
*
*
*

Jusqu’à cet homme elle avait cru
Sa maladie
Être un de ces maux romanesques
*
*
*

Il écrit de petits poèmes
Comme une vierge
Se regarde dans le miroir
*
*
*

Lorsque le sol par le hublot
Est pareil aux
Pages pleines d’un manuscrit
*
*
*

Parfois elle parlait d’amour
Sans le vouloir
Avec la voix d’un égorgeur
*
*
*

Il possédait les yeux glacés
Des galaxies
Et le cœur pur d’un assassin
*
*
*

Puis elle goûtait son amant
Du bout des lèvres
Comme on goûte un poison douceâtre
*
*
*

Ils s’étreignaient d’autant plus fort
Qu’ils avaient vu
La nuit entrer dans leur poitrine
*
*
*

Elle aimait les lèvres des hommes
Puis dans leurs bras
S’effarouchait d’un peu d’amour
*
*
*

On ne devient vraiment un homme
Qu’après avoir
Porté en soi la déchirure
*
*
*

Nous sommes les seuls animaux
Mon bel amour
A contempler le désespoir
*
*
*

Père regardez mon visage
Et dites-moi
Ce que vous voyez dans ces yeux
*
*
*

Quel effort quand tu me supplies
Ami soucieux
De pactiser avec ce monde
*
*
*

Ces jours où nos ombres s’étirent
Parmi les feuilles
Brûlées par le soleil d’hiver
*
*
*

Son beau regard rouillé de larmes
Fixait les rails
Rougis par le départ du train
*
*
*

Quand les voix sourdes se tairont
Nous laisserons
La nuit glisser sur nos paupières
*
*
*

Levez vos yeux lourds de sommeil
Le paradis
N’est qu’une mer de soleils morts
*
*
*
Les saisons ont fané sa peau
Mais il demeure
L’enfant qui sifflait les passantes
*
*
*

L’enfant me montra les étoiles
Et m’apprit que
Le soleil est plus beau couché
*
*
*

Mon Brooklyn de briques rougies
Laissait tanguer
Ses ponts cousus aux quatre vents
*
*
*

Derrière la barque fragile
L’eau se referme
Comme deux lèvres affamées
*
*
*

Cheminée du crématorium
Ce souffle blanc
Des morts redevenant poussière
*
*
*

Contours sépia des jours heureux
Qui me sourient
Sous la poussière du tiroir
*
*
*

Un soleil pris entre les branches
Ses rayons pâles
Qui se dérobent à mes doigts
*
*
*

Tapie à l’ombre des passants
La main tendue
Ses yeux traduisent le néant
*
*
*

Ombres mouvantes du passé
Prises sous verre
Dans le musée de ma mémoire
*
*
*

Corridors sombres du cerveau
Où sont tapies
Des silhouettes que j’ai aimées
*
*
*

Les mains croisées sur le drap blanc
Elle regarde
L’infirmier raser ses cheveux
*
*
*

Elle poignardait son chignon
D’un fin pinceau
Pour faire fuir les cheveux blancs
*
*
*

L’averse de sa chevelure
Sur mes paupières
Pas moins légère qu’une larme
*
*
*

Tellement de mots et de larmes
Se sont fanés
Pour une chose si muette
*
*
*

L’homme au manteau presse le pas
Son chapeau noir
Le tient comme une ombre greffée
*
*
*

Tu entendras d’autres promettre
Ce que tu fuis
Mais que tu désires pourtant
*
*
*

Ouverts dans le flanc de la page
Trois petits vers
Pour égratigner l’infini
*
*
*

Les foules noires s’engouffraient
Courbant l’échine
Dans la gueule d’or du métro
*
*
*

Cris d’enfants qui jouent dans la rue
Contre sa joue
Le froid de l’oreiller mouillé
*
*
*

Lointain froissement du ressac
Par la fenêtre
Comme la robe d’une amante
*
*
*

Cette aveuglante obscurité
Sous ses paupières
Quand il s’étend face au solstice
*
*
*

Clins d’œil fraternels des lucioles
Qui s’évaporent
Comme des gouttes de soleil

*
*
*
L’enfant vagabonde au hasard
Des carrousels
Les semelles encrassées d’ombre
*
*
*

Elle observait dans le miroir
Un corps de femme
Qu’elle ne se connaissait pas
*
*
*

Wagon qui bat son pouls rouillé
Ses rails se perdent
Au pied des perce-ciel muets
*
*
*

L’eau qui s’attarde à mes carreaux
Paraît parfois
Avoir la couleur du silence
*
*
*

Planètes en apesanteur
Je vous ferai
Eclore et mourir dans un souffle
*
*
*

Battement de cils aériens
D’un papillon
Ailleurs se lève une tempête
.
.
.
.
Aurélien Clause est étudiant en école de commerce et ancien khâgneux. Il anime l’association littéraire Trois Lettressur mon campus, et publie en tant que traducteur aux éditions Synchronique.

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :