Skip to content

Le Paris d’Aimé Césaire, entre littérature et politique

avril 17, 2013

Source Outre Mer la 1ere 16/04/2013


Cinq ans après sa disparition le 17 avril 2008, retour sur l’itinéraire de l’écrivain martiniquais. Paris a été l’un des principaux points d’ancrage de Césaire, tant sur le plan de son activité littéraire que politique. 

Fresque murale d’Aimé Césaire à l’entrée de Bagnolet (en Seine Saint-Denis, région parisienne), porte de Bagnolet en direction de Montreuil, en avril 2013 © stéphane weber
© stéphane weber
Fresque murale d’Aimé Césaire à l’entrée de Bagnolet (en Seine Saint-Denis, région parisienne), porte de Bagnolet en direction de Montreuil, en avril 2013

Aimé Césaire arrive à Paris en 1931, à l’âge de 18 ans, et s’inscrit en hypokhâgne au Lycée Louis-le-Grand en plein Quartier latin. Ironie du sort, son séjour dans la capitale française coïncide avec la fin de l’Exposition coloniale à la Porte dorée.
 
Le Paris des années trente est caractérisé par une intense vie artistique et intellectuelle. Césaire ne tarde pas à y prendre part. En 1932, il lance la revue Légitime Défense avec un collectif d’étudiants martiniquais, qui sera interdite par la Sûreté générale. Trois ans plus tard, Césaire fonde L’Etudiant noir, qui jouera un rôle important dans l’élaboration du concept de négritude.
 

Oeuvre majeure

A l’automne 1935, Aimé Césaire rejoint l’Ecole normale supérieure de la rue d’Ulm, où il se rapproche notamment du Parti communiste. C’est l’année suivante qu’il commence à travailler sur son œuvre majeure, le Cahier d’un retour au pays natal. La première version du texte est publiée dans la revue Volontés en août 1939. La même année, le poète échoue à l’agrégation de lettres. Il décide de ne pas se représenter et accepte une affectation à Fort-de-France en Martinique.
 
Aimé Césaire retrouve Paris après la guerre, à la fin de l’année 1945, comme député sous la bannière du Parti communiste. En février 1946, à l’Assemblée nationale, il est rapporteur de la loi sur la départementalisation de la Martinique, la Guadeloupe, la Guyane et la Réunion, qui est votée à l’unanimité le 19 mars.
 
Dans cette période bouillonnante, succédant à un terrible conflit mondial, le jeune parlementaire écrit beaucoup. Entre 1946 et 1950, il publie quatre ouvrages, dont une nouvelle édition du Cahier d’un retour au pays natal ainsi que la première édition d’un texte rentré dans l’histoire, Discours sur le colonialisme (éditions Réclame, 1950).

Aimé Césaire, alors étudiant (photo non datée) © Assemblée nationale
Césaire étudiant

Aimé Césaire, alors étudiant (photo non datée)

© Assemblée nationale

  • La Une du premier numéro de l'Étudiant noir (numéro 1 de mars 1935), fondé 
par Aimé Césaire à Paris, avec un article du poète sur "Jeunesse noire et assimilation" © DR
    Premier numéro de l’Etudiant noir

    La Une du premier numéro de l’Étudiant noir (numéro 1 de mars 1935), fondé par Aimé Césaire à Paris, avec un article du poète sur « Jeunesse noire et assimilation »

    © DR

  • Le député communiste de la Martinique Aimé Césaire s'exprime à la tribune le 6 juin 1947 au Vélodrome d'hiver à Paris lors du meeting organisé par les députés de l'Union française, pour protester contre l'arrestation de leurs collègues malgaches. Entré en politique avec le soutien du Parti communiste, il le quittera en 1956. © AFP
    Césaire député, en juin 1947

    Le député communiste de la Martinique Aimé Césaire s’exprime à la tribune le 6 juin 1947 au Vélodrome d’hiver à Paris lors du meeting organisé par les députés de l’Union française, pour protester contre l’arrestation de leurs collègues malgaches. Entré en politique avec le soutien du Parti communiste, il le quittera en 1956.

    © AFP

  • Denise Colomb et Aimé Césaire à la librairie Le Minotaure à Paris, 1949. En 1948, Denise Colomb (1902-2004) avait été invitée à se joindre à une mission ethnographique à l'occasion du centième anniversaire de l'abolition de l'esclavage. L'année suivante, elle présente à la librairie Le Minotaure sa première exposition sur les Antilles. © Ministère de la Culture / Médiathèque du Patrimoine / Denise Colomb / Dist. RMN
    Aimé Césaire et Denise Colomb à la librairie Le Minotaure à Paris, en 1949

    Denise Colomb et Aimé Césaire à la librairie Le Minotaure à Paris, 1949. En 1948, Denise Colomb (1902-2004) avait été invitée à se joindre à une mission ethnographique à l’occasion du centième anniversaire de l’abolition de l’esclavage. L’année suivante, elle présente à la librairie Le Minotaure sa première exposition sur les Antilles.

    © Ministère de la Culture / Médiathèque du Patrimoine / Denise Colomb / Dist. RMN

  • Photo non datée d’Aimé Césaire © AFP
    Photo de Césaire à Paris, non datée

    Photo non datée d’Aimé Césaire

    © AFP

  • Photos en l'honneur du poète et homme politique Aimé Césaire au Panthéon, en avril 2011 © Patrick Kovarik / AFP
    Photos de Césaire ornant le Panthéon en 2011

    Photos en l’honneur du poète et homme politique Aimé Césaire au Panthéon, en avril 2011

    © Patrick Kovarik / AFP

  • Plaque commémorative en l’honneur de Césaire dévoilée en avril 2011 dans la crypte de l’église du Panthéon © Eric FEFERBERG / AFP
    Césaire au Panthéon

    Plaque commémorative en l’honneur de Césaire dévoilée en avril 2011 dans la crypte de l’église du Panthéon

    © Eric FEFERBERG / AFP

  • Cette plaque, inaugurée le 15 février 2013, est située au 8 rue Albert Baylet dans le treizième arrondissement de Paris. Aimé Césaire vécut dans cette résidence, sans doute pas dès 1945 comme il est mentionné, mais plutôt vers les années 80 et jusqu’en 1993. © Stéphane WEBER
    Plaque honorant Aimé Césaire dans le treizième arrondissement de Paris

    Cette plaque, inaugurée le 15 février 2013, est située au 8 rue Albert Baylet dans le treizième arrondissement de Paris. Aimé Césaire vécut dans cette résidence, sans doute pas dès 1945 comme il est mentionné, mais plutôt vers les années 80 et jusqu’en 1993.

    © Stéphane WEBER

  • Fresque murale d’Aimé Césaire à l’entrée de Bagnolet (en Seine Saint-Denis, région parisienne), porte de Bagnolet en direction de Montreuil, avril 2013 © Stéphane WEBER
    Fresque murale de Césaire à Bagnolet

    Fresque murale d’Aimé Césaire à l’entrée de Bagnolet (en Seine Saint-Denis, région parisienne), porte de Bagnolet en direction de Montreuil, avril 2013

    <

     

    Congrès des écrivains noirs 

    L’année 1956 est très importante pour le poète. En septembre, il participe au premier Congrès des écrivains et artistes noirs à la Sorbonne, qui réunit des intellectuels noirs du monde entier. Aimé Césaire y délivre une communication intitulée « Culture et colonisation ». Le mois d’après, il rompt définitivement avec le Parti communiste français. Sa lettre de démission, où Césaire explique longuement les motifs de sa décision, est publiée dans la presse et plus tard par les éditions Présence africaine sous le titre Lettre à Maurice Thorez (secrétaire général du PCF à l’époque, ndlr).
     
    Dans les années soixante et après, les liens de Césaire à la capitale française deviennent plus distendus, le député et par ailleurs maire de Fort-de-France se consacrant beaucoup plus à sa circonscription. Il publie néanmoins quatre ouvrages décisifs : un recueil de poèmes, Ferrements (éditions du Seuil, 1960) et trois pièces de théâtre, La Tragédie du roi Christophe (Présence africaine, 1963), Une Saison au Congo (Seuil, 1965) et Une Tempête (Seuil, 1969). Il n’écrira plus rien jusqu’en 1982, où son dernier recueil de poésie, Moi, Laminaire, est édité par le Seuil.
     
    En 1993, Césaire renonce à renouveler son mandat de député, après avoir siégé à l’Assemblée nationale durant 47 ans sans interruption. A partir de cette date, il ne se rendra presque plus jamais à Paris, préférant demeurer en Martinique, où il décède en avril 2008.  

  • Publicités
    No comments yet

    Laisser un commentaire

    Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

    Logo WordPress.com

    Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

    Image Twitter

    Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

    Photo Facebook

    Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

    Photo Google+

    Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

    Connexion à %s

    %d blogueurs aiment cette page :