Skip to content

Vivre poétiquement sur la terre

avril 2, 2013

Source : Libre.ma 02/04/2013



La vie sans poésie serait une erreur. En voilà un précepte qui résumerait l’essentiel de l’existence humaine. La poésie, cette lumière de l’âme, cette clarté de l’esprit, cette illumination de la raison qui fait du beau son hymne et de la sagesse son acheminement est la mieux placée pour définir la quiddité humaine. Plus que la philosophie la poésie et « interrogations. » Elle problématise, construit et déconstruit la nature de l’homme comme phénomène ontologique passionné de l’inconnu, de ses énigmes et mystères. La poésie « parle » l’être, « parle » le monde et stimule le rêve nostalgique d’un ailleurs si lointain. Expérience intérieure, expérience mystique, la poésie est voyage, engagement et bonheur à l’égard de l’Homme. Poètes, ils cultivent le sens de la beauté, du goût esthétique et, surtout, celui de l’ « intranquillité. » Loin d’être tranquille dans sa peau et dans ses idées, le poète aime et désire vivre poétiquement sur la terre. Hölderlin le disait justement :
« l’homme vit sur la terre poétiquement. » Vivre poétiquement ou ne pas vivre demeure la question fondamentale qui structure le devenir de l’être. Il s’agit ici d’avoir un regard poétique qui détermine le type de rapport qui lie l’être au monde. Le regard poétique se veut cette conception du monde et de ses choses, prolongements logiques de l’âme de l’être. Il s’agit tout bonnement d’explorer la face cachée des choses tout en allant dans leur profondeur abyssale, afin de découvrir leurs secrets qui ne sont, en dernière analyse, que leurs âmes voilées lamentablement. Vivre poétiquement sur la terre revient à interroger le physiquement possible afin de justifier la quête du métaphysiquement inaccessible.
C’est partir de l’étant vers l’être. C’est jouxter le métaphorique comme énigme poétique et stipuler le méditatif comme visée philosophique. Poésie et philosophie, métaphore et méditation se rejoignent, en fait, pour définir le « mot » et ses mystères, le monde et ses complications, l’être et ses rêves. Vivre poétiquement sur la terre implique l’être dans une errance implacable qui le conduit jusqu’aux limites de son expérience existentielle : voyager au-delà du sensoriel pour atteindre l’insolite. Tout se passe ici comme s’il s’agissait d’une permanente quête du beau, du bien et du sage au détriment du laid, du mal et du faux. La poésie est folie. Elle est folie sage, tendre et rédemptrice. Elle équilibre l’errance de l’être et lui montre le chemin qui lui permet de vivre en paix et en harmonie avec le monde : repérer la beauté dans la laideur et le bien dans le mal ; transcender le tragique d’être en faisant renaître incessamment l’enfant gai qui nous habite. La poésie nécessite l’effort de la retrouver et de la rencontrer en tout et partout. Le soleil est poésie. La pluie est poésie. Le sourire est poésie. L’amour est poésie. L’amitié est poésie. Qu’en est-il de la maladie, la vieillesse et la mort ? Vivre poétiquement sur la terre veut que l’être fabrique une poétique de toutes les formes qui traversent son existence. Ainsi aura-t-on une poétique de la vie, une poétique de la mort, une poétique de la beauté, une poétique de la laideur, une poétique de l’amour, une poétique de l’amitié. Epiphanie, forme visible de l’invisible, la poésie est acheminement de la parole vers la parole elle-même qu’est le poème dans son état pur, comme le pose Heidegger. Le temps de la poésie c’est le futur des passions, son lieu, lui, c’est le passé et le présent de l’âme. Autrement dit, son temps c’est le nostalgique à venir, son lieu c’est le mnésique permanent. Entre futur, passé et présent, entre nostalgique et mnésique c’est pratiquement tout le visage du poète qui surgit des décombres de l’absence. Le poète, cet autre qui n’est autre que lui-même, cet éveilleur des « sensations englouties de ce lointain passé », ( Rainer Maria Rilke), le poète, ce médecin des âmes malades, ce prophète cosmopolite, cet enfant rebelle, ce vieux sage, ce jeune révolté, inlassablement révolté. Sa leçon inaugurale s’avère être libération et liberté, cosmopolitisme et altérité, sagesse et provocation. La poésie se situe entre Eros et Thanatos, entre Apollon et Dionysos, entre yin et yang, entre féminin et masculin. Sa fonction est cathartique. Elle est illumination. Elle sonde le possible. Elle est expérience intérieure. Elle est dialogue avec l’absent. La poésie ne dit pas le monde, elle le suggère. Sa cartographie demeure le labyrinthique, l’enfoui, le sibyllin et le fantasmagorique. Face au matérialisme épatant qui ne cesse de faire de l’être un étant, la poésie se propose de faire jouir, poétiquement, l’être de son être. Elle lui rappelle son origine divine, comme le pense les maîtres soufis, et l’engage dans la perspective de la recherche de sa trace occultée dans son for intérieur. La poésie est aventure d’être. Elle est désorientation de l’orienté. Elle est destruction du construit. Elle est déconstruction des mécanismes de toute vérité absolue. Si la poésie dérange, c’est parce qu’elle accomplit honorablement son rôle historique. Si elle guérit des maux du présent, c’est parce qu’elle accomplit honorablement son rôle philosophique. La poésie serait, incontestablement, le secret d’être de l’être, sa douleur et sa joie, le lieu de sa tranquillité et de son intranquillité…

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :