Skip to content

Jacques Jouet : Un dernier mensonge

mars 28, 2013


Bernardine, qui hante les souvenirs du narrateur, revient un soir dans sa vie pour une sorte de cauchemar provoqué par un petit mensonge qui va en entraîner beaucoup d’autres.
Le mensonge de confort (comme on dit un « médicament de confort ») va prendre des proportions aussi inattendues que peu souhaitées.
Ce court roman (qui n’est pas un roman oulipien), est celui d’une figure de femme, soixante-huitarde et post-, puisque le narrateur la retrouve une vingtaine d’années après le joli mai. C’est une battante, une fille dure et exigeante, une violente à l’occasion. Elle ne transige pas avec ses engagements et ni avec la vérité.

 

 

Voir la biographie et la bibliographie de Jacques Jouet

 

large_0001

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :