Skip to content

Ziad Medoukh, poèmes

février 20, 2013

ENTRE VOISINS

J’écris ce message en tant que Palestinien et citoyen

Parce que je suis né Palestinien et citoyen
Ce n’est pas un message habituel
C’est un message du cœur, c’est un message de l’âme
C’est le message de la majorité de mon peuple,
Sous occupation et courageux,
C’est un message de paix
Car la Palestine est la paix et la paix est la Palestine.
J’écris ce message, un message d’amitié, de solidarité
Un message de fraternité, un message de paix
J’écris ce message par courage et non par faiblesse
Car ma croyance en la paix
Me donne la force d’écrire ce message de paix.

Mes voisins israéliens, je vous adresse ce message
Un message de confiance, un message de voisinage
Un message de coexistence, un message de solidarité
Un message de fraternité, un message d’amitié
Mais surtout un message de paix.
Voisins, nous avons beaucoup souffert de cette guerre
Entre nos deux peuples, qui fauche des innocents de nos peuples
Des enfants, des femmes et des jeunes qui ont perdu la vie
A cause de décisions irresponsables de vos militaires et de nos factions

Voisins, il faut tout oublier
La douleur, le sang, la guerre, le mépris, la violence
L’oppression, l’occupation, la provocation, la terreur
L’insécurité, la souffrance et l’injustice
Et il faut penser ensemble à notre avenir.
Il faut lutter ensemble pour l’avenir, la justice,
La vie, l’amour, pour nos enfants et pour la paix

Car la paix est le seul choix pour chacun de nous
Vers un lendemain meilleur
Et la paix est le nom de notre Dieu qui nous demande
De vivre en paix sur sa terre sacrée
Qui se trouve être votre pays et notre pays.
Pour l’avenir de nos descendants, pour la joie et le bonheur
De nos jeunes et de nos enfants, il faut accepter
De coexister sur deux terres et deux pays, pays de paix
Il faut planter des fleurs dans nos jardins, et non la haine.
Et surtout, il faut semer les principes de paix et de justice
Dans la mémoire de nos deux peuples qui aiment la vie et la paix

Je vous adresse ce message de paix
Car pour moi l’espoir, la lumière et la paix sont mes principes de vie
Malgré la souffrance causée par l’occupation armée de nos territoires
Et les mesures prises contre ma population civile.

Parce que j’ai confiance en l’avenir je vous adresse ce message
Parce que je garde l’espoir je vous adresse ce message
Parce que je suis citoyen du monde je vous adresse ce message
Parce que je suis tolérant je vous adresse ce message
Parce que je suis pacifiste je vous adresse ce message
Parce que je suis un homme libre je vous adresse ce message
Parce que mon pays est occupé je vous adresse ce message
Parce que je suis un être humain je vous adresse ce message
Parce que je n’ai aucune haine je vous adresse ce message
Parce que je suis Palestinien je vous adresse ce message.

Mon message est court, clair et précis car mon message est simple
Et il contient un seul mot écrit dans nos deux langues, Salam et Shalom
Un mot qui, je l’espère, sera un jour le chant de nos enfants,
Les nôtres et les vôtres
Mon message est courageux, c’est un message de Paix.
.
.
.

Chante notre hirondelle Chante la Palestine, chante la paix

Nuit douce à la lumière sonore
Ciel étoilé et lumineux
Ciel de Gaza
Ce jour était un autre jour !

Et lors je vois un oiseau rare
Un oiseau insolite
Un oiseau qui défiait le vent
Et les machines volantes de l’occupant :
Une hirondelle…

Une hirondelle venue avant son temps
Avant le printemps et la belle saison
Une hirondelle descendue du ciel
A pas de velours
Attirée par notre terre ensanglantée,
Par notre terre encerclée
Afin de partager nos peines
Et notre souffrance.

Sous le nuage blanc,
J’ai suivi sa trace
J’ai suivi sa voile
Gonflée d’espoir
Son pied creusait des sillons
Qui s’unissaient à l’horizon,
Oui, j’ai vu cet oiseau aux belles couleurs,
Une hirondelle pacifiste,
L’hirondelle palestinienne.

Sur le toit aux couleurs de cuivre
Elle faisait une tache d’or
Elle entra dans le cœur de la fleur
Et regarda danser
Les feuilles de l’érable.
Elle chanta la vie,
Elle chanta la paix.

Chante, chante hirondelle,
Chante toujours,
Chante pour notre terre et ses jolies couleurs,
Chante pour les figues
Et pour les feuilles de thym.
Elève une maison au dessus du mur
Rassemble-nous avec l’ambre verte

Chante, chante hirondelle,
Chante pour la fleur du citronnier.
Construis une maison avec des brins de paille,
La maison de l’olivier absent.
Chante pour l’avenir
Chante pour nos enfants.
Ne crains ni le froid
Ni les bombes
Entre nos bras, tu connaîtras la tendresse
La chaleur et la paix.

Chante la Palestine, chante l’espoir
Va dire à la vague, à la roche de mer
La grandeur de nos sacrifices.
Dis-leur et redis-leur
Et nos chants douloureux
Et nos mélodies les plus subtiles.
Hirondelle de Palestine,
Nous n’oublierons jamais ton nid
Bâti sur les toits de nos prénoms.
.
.
.

« Paix et espoir en Palestine »

Palestinien je suis né, palestinien je reste.
Ami, je voudrais être, ami du monde entier.
Libre je me sens libre, malgré l’occupation
Et je défie l’occupant, ses décisions et ses mesures qui nous plongent dans une
Solitude plus vive que le sang.
Témoins de l’oppression et de l’
Injustice de l’autre, celui qui aime le mal et déteste la lumière,
Nous voulons en finir avec l’obscurité
Et notre vie est un immense corps où l’espoir tend sa voile.

Gazaoui qui résiste sur sa terre et espère en un
Avenir meilleur, animé du
Zèle idéal de la Paix, j’en
Appelle avant tout à la conscience mondiale.
.
.
.

Je résiste : j’existe

Je suis palestinien,
Je vis sous occupation
Je vis l’injustice
Je vis l’oppression
Seul,
Face à la barbarie
Seul,
Face au silence complice
Du monde,
Un monde absent, indifférent,
Un monde défaillant.
Je suis enfermé
Suite à un blocus inhumain
Pour moi, rien n’est facile,
J’affronte depuis des décennies
L’atroce rigueur d’une occupation
Qui ne désire pas la paix
Qui ne veut pas la paix.
Face à cette situation insoutenable
Face à cette cruauté inhumaine,
J’ai le choix :
Soit, je quitte mon pays, je fuis,
Soit, je reste, je résiste.
Mais, comme la si belle lumière de mon pays
Et le soleil de mon cœur
Je choisis de résister.
Mais, comme les fleurs
Qui embellissent les jardins de Gaza
Et les jardins de mon cœur
Je choisis de résister.
Mais, comme mes ancêtres
Qui m’ont appris la fidélité
A notre terre et aux valeurs humaines
Je décide de résister.
Mais, comme les principes de paix
Ancrés dans mon cœur,
J’ancre la résistance.
Je résiste, je demeure, j’existe
Sur ma terre sacrée de Palestine
Cette terre qui chante le soleil et la liberté
Cette terre gorgée de tendresse et d’amour
C’est ma terre
J’en suis fier.
Sur ma terre, je garde la tête haute.
Sur ma terre, je résiste.
Ici, je reste
Ici, j’existe.
Résistant, je me sens grandir,
Je me sens pousser des ailes de géant.
Résistant, je me sens protégé,
Je m’abandonne, je ne crains rien,
Je suis en sécurité.
Résistant, je reste digne.
Résistant, je reste libre.
Résistant, j’ai pleine confiance.
Résistant, je choisis la meilleure part.
Résistant, je vis le sens de mon existence.
En attendant la liberté, la préparant, je résiste.
En recherchant l’indépendance, je résiste.
En désirant la paix, je résiste.
En gardant l’espoir, je résiste.
Je résiste, je résiste : j’existe !
Comme l’olivier, qui, quoi qu’ils fassent,
Demeurera toujours sur notre terre,
Je résiste.
Comme le jasmin fidèle à nos jardins,
Quelle que soit la barbarie de leur guerre,
Je résiste.
Comme chacun des arbres de Palestine
Emblèmes de notre espérance
Je résiste.
En Palestine
Il y aura toujours un sourire
Sur les lèvres de nos enfants
Pour eux, je résiste.
Il y aura toujours à nos côtés
La solidarité internationale des peuples
Avec notre cause juste.
Ni elle, ni moi, ne faillirons, je résiste.
En Palestine,
L’espoir guidera toujours le vent et les arbres,
C’est pourquoi je résiste.
Il n’y aura jamais de haine en Palestine,
C’est pourquoi je résiste.
Je résiste et je résiste : j’existe.
Chaque acte de la vie quotidienne
Est acte de résistance,
Chaque acte, renforcé, acte d’existence.
Je résiste, encore et toujours je résiste :
J’existe !
Malgré ce blocus injuste, je résiste.
En dépit des colonies illégales, je résiste.
Malgré le mur de la honte, je résiste.
En dépit des mesures de l’occupation et ses contraintes, je résiste.
En résistant, je suis un homme debout
Mon âme est immortelle.
En résistant, je suis fort du respect de moi-même,
De la fierté de mon cœur qui restera palestinien
En résistant, je suis fort de ma détermination
Elle me donne énergie et puissance.
M’offrirait-on tous les trésors de la terre, de la mer et du monde.
Je ne quitterai jamais ma patrie.
Car j’ai fait le choix, mon choix :
Celui de rester ici, de résister ici et d’exister ici.
Ici, en Palestine et pas ailleurs
.
.
.

La liberté de nos prisonniers

Héros, honorés et courageux,
Vous passez de l’isolement à la liberté.
La tête haute, vous laissez derrière vous
Les barreaux de vos prisons.
Dans vos maisons,
Vous êtes accueillis par les larmes de la joie
Et le jasmin de l’éternel été,
Vous êtes accueillis
Par tout un peuple fier de vous.
Vous quittez la mort et l’ombre
Pour la vie,
Pour la lumière
La lumière de la liberté,
La lumière de la paix,
La belle lumière Palestinienne.

Vous retrouvez vos familles,
Vos proches, vos biens aimés
Après tant et tant d’années de détention
Dans les geôles israéliennes,
Souvent sans procès, sans jugement
Dans les conditions inhumaines et d’humiliation
De mesures punitives et d’actes de vengeance
D’une armée d’occupation
Qui se complait dans les ténèbres
Et ne respecte
Ni le droit ni les conventions internationales.

Après de longues, si longues années de souffrance,
De mauvais traitements,
De tortures,
De pressions psychologiques,
Après ces interminables années
Passées dans d’obscurs cercueils,
Vous respirez enfin un air nouveau
Un air différent, un air ensoleillé,
L’air de la liberté,
L’air de la vie,
L’air palestinien.

Détenus libérés, résistants engagés,
Vous étiez des prisonniers différents,
Des prisonniers sacrifiés,
Les militants d’un idéal
Et vous êtes aujourd’hui
L’espoir d’un peuple occupé,
D’un peuple prisonnier
Qui, pendant votre détention,
Ne respira jamais le plus léger souffle de liberté.
Vous avez fait preuve,
A travers vos multiples actions,
D’une infinie patience,
D’une volonté farouche,
D’une résistance remarquable
Et d’un grand attachement aux valeurs patriotiques:
Grève de la faim,
Refus des ordres militaires,
Défense de vos exigences.
Vous avez su défier les soldats,
Patienter face à leurs mesures cruelles.
Et vous allez poursuivre votre combat
Ce combat pour la reconstruction,
Pour l’unité et la liberté,
Dans une Palestine soudée,
Dans une Palestine sans prisonniers.

En vous rendant un grand et solennel hommage
Nous pensons aux six mille autres prisonniers
Enfermés dans les ghettos israéliens.
Ils ne seront jamais oubliés,
Ils occupent la pensée de tout un peuple
Et en attendant la délivrance des autres détenus,
Des militants, des résistants et des engagés,
Nous ne leur disons qu’un mot, un seul :
Espérez, espérez, espérez….
Le chemin de la liberté est proche

Le soleil de votre délivrance se lèvera un jour.

L’aube vient toujours
Après les longues nuits d’obscurité,
Et l’aube palestinienne approche, approche……
.
.
.
Ziad Medoukh est un professeur de français palestinien. Responsable du département de français de l’université Al-Aqsa de Gaza, et coordinateur du Centre de la paix de cette université. Il a terminé ses études de didactique du français à l’université de Paris VIII où il obtint en 2009 un doctorat en Sciences du Langage. Il est l’auteur de nombreuses publications concernant l’enseignement du français en Palestine et aussi la non-violence.
.
ziad01


Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :