Skip to content

Didjeko, poèmes (hommage)

février 15, 2013


Hommage à Didjeko, voirl’article.
.
.

Nadir

Une ville d’ailleurs
Avec des mots d’ici
Est venue dans ma tête
Et n’en veut plus partir

J’irai d’Oulan-Bator
Jusqu’à Ashkabad
pour chercher un cheval
Vite comme le vent

J’emporterai de toi
Le souffle d’un baiser
Pris dans le fer du soir
Et l’odeur de tes seins

Je ne reviendrai pas
Avant qu’il soit trop tard
Si je reviens un jour
Pourquoi se demander ?

Danse papillon noir
Danse devant mes yeux
Tes ailes de métal
Ont voilé le soleil<
.
.
.

Aigues (7)

La ville s’est levée rouge brique
Secouée
Surprise et adoucie
Jusqu’au bout des nervures
Imprégnée
Des teintures d’un monde
Dérangeant
Présent
Dans l’air du temps

Feu rouge

La barre est haute
Il faut qu’on saute
Air latérite
Et cette poussière du désert
Qui colle au caoutchouc
De la vitre de ma voiture
Depuis plus de six mois

Nous avons eu le vent du Sud
.
.
.

Quelques pieds de chiendent…

Quelques pieds de chiendent
Ont poussé cette nuit
A l’ombre de la ville

Demi-sommeil
Arrêté
Dans les ruines élancées
D’un immeuble en chantier
Corps étranger
J’étais entré
Bien après
Le début de mon retard

A distance
De l’exil
A l’écart
Des échappatoires

Hors d’attente

J’avais posé mon sac
D’ego
Aux alentours
De rêves d’arbres
Sortis de terre
Millénaires

Intérieur
Inactif
Mode interne
Activé

Partout ailleurs
La nuit en chiffres
Insolente
Ressemble à un perchoir coloré

Je raccrochais
Je décrochais
Je rassemblais
Mes esprits
Peu à peu
Et les tiens
Étaient là
Fuyants
Joueurs
Et raccordés
Au battement
Des ailes de la ville

J’ai vu un aigle
Glisser-transpercer
Et j’ai senti
Le vent des forêts
Bruisser
Le long de mes plumes
Effraction de l’intensité
Au travers des
Débris de brume

L’aube d’été
Dans l’embrasure
Satellites filants
A la pointe du jour
Vols réguliers
Vol régulier
Échafaudages
Effilochures

Qui a peur du vide ?
Les masques
Et ceux qui s’y confondent

Perspectives
Marche sur la rive
Garde et regarde
Le large
Demi-soleil
Et la bascule
A profilé la ville
.
.
.

Aigues (5)

Nous avons eu le vent de l’Est
Le ciel s’est chargé de nuages
Puis la pluie

Dense
Rapide
Drue

Marche à l’abri
Du ciel qui fuit
.
.
.
D’autres textes de Didjeko ici et ici
.
.
Entrevue avec Didjeko ici


No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :