Skip to content

Besoin de poème, par le poète Thierry Renard

février 12, 2013

Mediapart 17/01/2013



Besoin de poème

« La plaque du foyer noir, de réels soleils des grèves :
ah ! puits des magies ; seule vue d’aurore, cette fois. »
Arthur Rimbaud, Les Illuminations

L’année 2013 débute, et le moment est venu pour moi de vous présenter mes vœux, tous mes vœux de bonheur, de sérénité et de lucidité. La période n’est pas bonne, on le sait, on le dit. Et notre vieille Europe n’a guère le moral. Et nos milieux artistiques, culturels et intellectuels, sont actuellement minés par les petites histoires et les grandes affaires – exil fiscal, propos arrogants, salaires exorbitants…

Des noms, des scandales, de la bêtise surtout, tout cela sur le devant de la scène !

Alors que la situation économique et sociale de notre pays reste incertaine, alors que l’on attend comme un miracle que quelque chose réellement se passe en faveur des plus démunis, certains de nos possédants osent encore faire du bruit. Certes, ils font parler d’eux sans que cela ne nous empêche vraiment de dormir ou de penser. Mais le bruit qu’ils font brouille les pistes et participe à montrer du doigt même les plus désintéressés d’entre nous.

Là, je ne peux résister plus longtemps, j’élève la voix, je brandis le poing. Mais qu’ils s’en aillent, qu’ils s’en aillent donc, les Gérard Depardieu, les Brigitte Bardot et autres avantagés, qu’ils s’en aillent tous ! Il faut sauvegarder « l’exception culturelle française », la sauver du désastre annoncé.

Avec la recherche scientifique et les innovations technologiques, l’esprit d’invention – d’imagination ! – est sans aucun doute ce que nous avons de plus précieux. Mais comme l’affirmait naguère André Malraux, écrivain visionnaire et habile ministre, il s’agit bien, il s’agit toujours (et, en ces temps de crise profonde et générale, plus que jamais !) de « transformer en un bien commun un privilège ».

La culture n’est pas une denrée périssable, elle est ce qui demeure quand tout vient à manquer, quand tout a presque disparu. Alors, luttons de toutes nos faibles forces, les amis, et tirons, tirons vers le haut – le plus grand nombre possible de nos frères humains.

Naïf, me direz-vous… Sûrement. Mais cependant convaincu que ce qui contribue encore à faire la grandeur de la France c’est sa culture, et c’est la grande diversité de ses expressions artistiques.

Un petit pays, la France ? Oui, mais tellement riche, notamment, du souffle pluriel de ses poètes.

Poètes ? Le mot est enfin lâché. J’étais pudique, je me retenais… Oui, en 2013, année du double centenaire Camus-Césaire, nous allons avoir besoin des poètes et de la poésie. Nous allons avoir, selon la formule de l’écrivain Yvon Le Men, un immense besoin de poème.

Bonne année !

[Vénissieux, nuit du 7 au 8 janvier 2013]


No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :