Skip to content

Quand le poète avance d’un pas, la haine recule de deux

février 8, 2013

Source : Liberté Algérie 07/02/2013



La poésie est-elle capable de faire barrage à la haine ? Le poète fut-il un rempart contre la violence contemporaine ? Le cinéma peut-il réveiller le rêve enterré en nous ? Pourquoi le citoyen n’a pas le génie de la culture du bonheur ? Imaginez ce qui suit : Une cloche sonna. Nous sommes dans une école algérienne. Un beau sourire matinal.
Des élèves arrivent contents, les garçons guettent les coquettes filles ! Les institutrices et instituteurs, de leurs blouses, exhale le magique parfum de la craie. Le gardien de l’école salue le dernier élève arrivé essoufflé, avant de refermer la porte. La deuxième musique de la cloche retentit. L’emblème national. Imaginez ce qui suit : Nous sommes dans une école algérienne, une parmi les vingt-quatre-mille. Accompagné par sa jeune maîtresse, un groupe d’élèves traversa la cour. Il se dirige vers la bibliothèque.
Oui il y a une bibliothèque dans cette école algérienne ! Par-dessus, elle est pleine de livres d’écrivains algériens… Beaucoup de livres d’autres littératures universelles… des livres d’histoire, d’autres de science-fiction… Il y a aussi des beaux livres sur nos villes, avec leurs belles Casbah, d’autres sur les peintres algériens…
Aujourd’hui, les élèves de l’école, oui une école algérienne, pour la troisième fois, reçoivent, depuis la rentrée scolaire, le poète Nezar Kabbani ! Il est invité dans le cadre d’un programme appelé “Passage du poète dans l’école”. Il animera une série de rencontres, lira pour les élèves. Il écoutera, à son tour, ses poèmes lus par les élèves. La fois dernière l’Etat algérien a invité, pour les écoles et les collèges, dans le même programme, un autre poète, Souleimane Al Issa, l’ami de Malek Haddad. Souleimane Al Issa fut, par excellence, le poète arabe de la révolution algérienne. Le ministère “algérien” de l’Education nationale a publié un beau livre regroupant les textes lus par le poète, quelques poèmes écrits par les élèves. Le livre est illustré par belles des photos où les élèves et les enseignants posent aux côtés du poète. J’ai oublié de vous dire que le poète a été reçu par le chef de l’Etat, c’est-à-dire Monsieur le président de la République.
Le poète a été décoré par son excellence Monsieur le Président. Il a reçu la plus haute distinction ! Dans une autre école, le ciné-bus débarqua dans la cour de l’établissement. On fixe un drap blanc au mur.
Le grand écran de la fête ! Au programme, la projection du film “Des hommes dans le soleil” tiré d’un roman du même titre de l’écrivain palestinien Ghassan Kanafany. L’ambiance ! Tous les musées de la République démocratique et populaire reçoivent quotidiennement les élèves, même les vendredis. Il n’y a plus de musées hantés par le silence et les toiles d’araignées.
Je rêve ? Le rêve est une force ! Quand le poète avance d’un pas, la haine recule de deux.

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :