Skip to content

Poésie : des lectures qui honorent le lecteur

février 8, 2013


Jean-CLaude Pirotte

href= »http://www.bscnews.fr »>BSCNEWS.FR / Il  est des lectures qui honorent le lecteur. Aussi l’auteur, qui s’obstine à nier l’air vicié du temps sonnant mal et trébuchant d’abondance. Encore l’éditeur, sourd aux manigances du tiroir-caisse mais sensible à la beauté du geste. Leur dénominateur – si peu – commun s’appelle poésie. Vous avez bien le bonjour de Robert Sabatier.
Le très recherché Prix Goncourt de la poésie s’est anobli du blason de Robert Sabatier. Saluant l’œuvre d’un poète consacré et renommé pour l’ensemble de son œuvre, il a distingué tout récemment Jean-Claude Pirotte, poète au long cours mais aussi romancier de longue haleine, comme Sabatier. Tout autre rapprochement serait incongru, ou indiscret. 2011 avait déjà canonisé  Pirotte pour un recueil placé notamment sous le signe d’ Henri Thomas : « Ah, je veille bien loin au-dessus de la vie ».  Il faut lire et relire jusqu’au vertige ce veilleur d’inouï.

j’ai connu l’exil clandestin
le froid des chambres d’hôtels borgnes
la fuite dans les matins blancs
de brouillards et d’âpres besognes

j’ai vécu mais de quoi vivais-je
s’il faut vivre de quelque chose
on attend que le temps s’abrège
et que l’essaim des jours se pose

et que les ombres qui menacent
dans les miroirs et les chemins
miraculeusement s’effacent
et que la joie scintille enfin

sur les étangs sur les mirages
et puis même sur les naufrages
(extrait de Ajoie)

Droit d’aînesse.
Bruno Doucey, éditeur, élabore un catalogue enviable qui vient de s’enrichir des textes d’Hélène Cadou et Frédéric Jacques Temple. La première fut la muse de René Guy Cadou, disparu prématurément et laissant une blessure dont seul le poème peut tenter de tenir en respect la morsure lancinante. La réédition des deux premiers recueils, dialogues avec la poésie de l’absent,  rappellent que « l’aube appartient à qui veut la vivre ».
Puisque les cristaux du givre
D’une étable font une église
La cendre de nos jours mortels
Sera semence dans le ciel.
Une étoile naît dans la fête
Et nous mettrons nos beaux habits
Chaque automne comme un mage
Le pommier porte ses fruits
On réédite de Temple un recueil épuisé, suivis de textes inédits qui appellent au voyage « au milieu des abois/ et dans l’odeur du vent ». A 91 ans, ce grand Méditerranéen boréal continue d’appareiller pour des îles miraculeuses.


Lire la suite sur BSCNews

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :