Skip to content

Miguel de Unamuno, poèmes

novembre 27, 2012


Chante le corps
.
Le corps chante;
au-delà du sang;
Chat des terres;
les murmures de la mer;
ciel silencieux
et l’homme écoute..
.
.
.
Y LUNA LA LA ROSA

Dans le calme étoiles
Moon a donné la rose
et le parfum de la nuit
sa bouche hench-soif
le palais de l’esprit,
que leur douleur adurmiendo
à ciel ouvert de nuit
Mère de Dieu et tous les …

Tous les poils calme,
Moon, tranquille et seul,
Terre caressait
avec ses cheveux roses
sauvage, blanc, caché …
Terre, de ses roches,
souffla ses entrailles
fonte de l’amour, son arôme …

Parmi les ronces, son nid,
a été une autre lune se leva,
tous les jelled cheveux
dans le berceau, la corolle;
les cheveux mejidas
de la lune et la rose
et dans le creuset de la nuit
fusionnés en un seul …

Dans le calme étoiles
Moon a donné la rose
tandis que la rose a été
à la lune, calme et solitaire.
.
.
.
Ombre d’une fumée

ombre de fumée à travers la prairie!
Et pour être si vite!
Il n’ya pas de temps à la recherche
de se rappeler ce qui s’est passé!

Terrible ombre du mythe
celle de mon propre j’ai commencé,
est-il un levier
de sombrer dans l’infini?

J’ai roulé Mirror
l, alors que je regarde,
l’homme commence à mourir
à partir du moment de la naissance.

Le faisceau de l’âme, j’ai fumé
la fumée d’aller à l’ombre
vous étonnera par son secret
et vous comble de surprise.
.
.
.
LE SUICIDE

Il ne restera pas dans la nuit une étoile.
Il ne restera pas la nuit.
Je mourrai et avec moi la somme
De l’intolérable univers.
J’effacerai les pyramides, les médailles,
Les continents et les visages.
J’effacerai l’accumulation du passé.
Je rendrai poussière l’histoire, poussière la poussière.
Je regarde le dernier soleil levant.
J’entends le dernier oiseau.
Je lègue le néant à personne.
..
.

Miguel de Unamuno (29 septembre 1864 à Bilbao – 31 décembre 1936 à Salamanque) est un poète, romancier, dramaturge, critique littéraire et philosophe espagnol.
.
.
Essais
Autour de la caste, 1895.
Trois essais, 1900.
La Vie de Don Quichotte et de Sancho Pança, 1905.
Le Sentiment tragique de la vie chez les hommes et chez les peuples, trad. par Marcel Faure Beaulieu, 1913.
« Abel Sánchez. Une histoire de passion », 1917, trad. par Emma H. Clouard,1939.
L’Essence de l’Espagne, cinq essais trad. par Marcel Bataillon, 1923.
L’Agonie du christianisme, trad. par Jean Cassou, 1925.
Comment se fait un roman, où il justifie le recours à la forme romanesque comme mode d’expositon philosophique.
Romans
Niebla, 1914.
Poésie
Le Christ de Velazquez, trad. de Mathilde Pomès, 1938; et nouvelle trad. de Jacques Munier, 1990.
Nouvelle
Le Roman de Don Sandalio, joueur d’échecs, trad. de Yves Roullière, 1997.
Théâtre
Posthume
Journal intime, trad de Paul Drochon, 1989.
.

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :