Skip to content

Kama Sywor Kamanda, poèmes

novembre 26, 2012

Le chant de la résistance

.
Vers les grandes fascinations de la vie,
S’en vont les âmes fanatiques
Sous l’aile protectrice du néant.
C’est aussi l’instant des immenses désillusions
Où se fait sentir la solitude des êtres
Comme une mémoire vidée de messages
Et dépeuplée d’images qui fécondent l’éphémère.
Au-delà du tumulte des guerres,
Un appel au travers des flammes,
Brise les liens qui unissent les hommes à leurs mânes.
C’est l’heure où les destinées
Se mêlent aux étoiles filantes
Et s’épuisent toutes les forces vitales,
Confondant dans le sang et la cendre
Les héros et les martyrs.
Porteurs de laves et de moissons,
Nous irons dans les marais et les forêts, les mers
Et les volcans, apporter les offrandes et les chants.
Nous suivrons les chuchotements des ténèbres
Et les gémissements des ombres
Jusqu’où la racine terrestre s’accouple
Avec les corps célestes
Dans l’écho des mystères lointains.
Nous irons au-delà des Dieux,
Au-delà des chimères, ranimer les esprits
De tous nos morts déracinés.
Nous irons, implacables et dévoués,
Brandissant la foudre comme une étincelle
Dans la nuit de nos souffrances aiguës
Apporter la controverse et les contredits.
Nous irons, sous la pression des vents de l’histoire,
Libérer toutes les consciences
Trop longtemps assujetties.
Les racines de l’arbre à palabres
Finiront par absorber les pluies
En même temps que nos espoirs
Mêlés à l’alchimie des passions.
.
.
.

L’exil

.

Il s’en est allé, le visionnaire,
Voir naître le soleil dans le ciel des prémonitions,
À travers les nuages de l’imprévu et, à la nuit tombée,
Contempler fleurir l’azur d’étoiles immobiles
Plus immortelles que nos rêves.
Morne, vide et sans force, telle une feuille morte,
L’homme épris de liberté s’évanouit de bravoure
Dans un vertige des émotions,
Vers des lendemains sans peur,
Quand en s’enfonçant en quête de ses racines,
Il se perd dans l’entonnoir de la tornade !
Sans préavis, comme un insaisissable météore,
L’exil se réjouit de ses prétendants exaspérés.
Le migrant erre ainsi, loin des regards familiers,
Incertain et tremblant d’inquiétude,
Dans l’immense abîme sans fond
De l’angoisse sinistre du rituel des passions.
La peur l’étreint, l’espoir le torture
Et son esprit tourbillonne sans fin
Dans la langueur, l’ennui et la révolte,
Vers l’aurore d’un monde inaccessible.
Ses yeux tournés vers l’horizon des remords,
Ses souvenirs se perdent dans la mémoire des sables
Que les typhons confidents charrient
Sur la longue échine de l’humanité
Et révèlent dans l’essaim des songes se mouvant
Dans les plis des destinées des croyances trahies,
Des aspirations inassouvies
Et la solitude impalpable du martyre.
.
.
.

.
.
.

VRAISEMBLANCE

.
Le semeur d’orages m’a légué la pluie, les tourmentes et le ciel
Qui s’éteint dans le doute. Il ne coule plus dans mes veines
Que du sable blanc. Les ombres inspirent l’effroi en mon cœur
A l’horizon où soufflent mes critères, c’est un soleil désespéré
Qui me tend la main, m’offre au jour comme une aube perdue
L’homme est dans le monde absurde le vent qui chasse les nuages
Et le poète incantera pour les enfants pauvres qui naissent,
Les chants de nos cœurs bafoués mais espérants.
.
.
.

.
.
.
Kama Sywor Kamanda est un écrivain congolais, il est né le 11 novembre 1952 à Luebo au Congo-Kinshasa. Tour à tour conteur, poète et romancier, Kamanda a produit une œuvre littéraire considérable et mondialement reconnue. Depuis la parution, en 1967, de son premier ouvrage, Les Contes des veillées africaines, il a écrit une douzaine d’ouvrages totalisant un millier de poèmes et divers recueils réunissant des centaines de contes. Sa production littéraire inclut aussi quelques romans.
Conteur, il s’est distingué par ses contes littéraires à la fois inspirés par ses expériences personnelles, son imaginaire et les traditions et réalités du continent noir. Récits féeriques, ses contes sont imprégnés de la culture et de la civilisation de toutes les terres africaines.
Poète, Kamanda a su redonner un souffle nouveau et de la grandeur à la poésie contemporaine, grâce à la richesse de son langage et à sa maîtrise de la métaphore. La critique et des poètes parmi les plus grands de son temps, dont Mario Luzi et Léopold Sédar Senghor, ont souligné la puissance de ses vers et la richesse de son imagerie. Il a reçu de nombreux prix, notamment, en 2009, le Prix Heredia de l’Académie française pour son Œuvre poétique : édition intégrale.
Romancier, Kamanda n’a cessé de porter en lui son Afrique et ses rêves. Ses écrits révèlent un véritable résistant face aux pouvoirs totalitaires, mais aussi un complice des hommes et des femmes qui luttent en silence pour le respect de leurs droits ou leur survie et celle de leurs enfants. Écrivain engagé, il s’est toujours considéré comme une « âme perdue entre les rêves et les illusions, les joies et les peines du monde africain »
.
Bibliographie :
.
1967 – Les Contes des veillées africaines (1985, 1998)
1986 – Chants de brumes (1997, 2002)
1986 – Les Résignations (1997)
1987 – Éclipse d’étoiles (1997)
1988 – Les Contes du griot, t. I
1989 – La Somme du néant (1999)
1991 – Les Contes du griot, t. II (La Nuit des griots) (1996)
1992 – L’Exil des songes
1992 – Les Myriades des temps vécus (1999)
1993 – Les Vents de l’épreuve (1997)
1994 – Quand dans l’âme les mers s’agitent (1998)
1994 – Lointaines sont les rives du destin (2000, 2007)
1995 – L’Étreinte des mots
1998 – Les Contes du griot, t. III (Les Contes des veillées africaines, éd. augmentée)
1999 – Œuvre poétique
2000 – Les Contes du crépuscule
2002 – Le Sang des solitudes
2003 – Contes (édition illustrée)
2004 – Contes (œuvres complètes)
2006 – La Traversée des mirages
2006 – La Joueuse de Kora
2006 – Contes africains (Grund)
2007 – Au-delà de Dieu, au-delà des chimères
2008 – Œuvre poétique, édition intégrale

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :