Skip to content

Eric DUBOIS, poèmes

septembre 27, 2012


à Charles Dobzynski
.

Ecrire
dans la gloire éphémère

.
Dans un temps menacé
saisons du présent

.
Ecrire n’est pas abstrait
la fibre du papier

Et pèse de son poids d’hommes et de femmes
boit l’encre

.
Tout le long de la vie masqués et dévoilés
et transpire les mots

.
De chaque jour
un sang plus épais dans les veines

.

Août 2009
.
.
.
Étendue sur le lit

.
endormie dans une machine

à rêve

comme une matière vivante

ses pensées

croissent se multiplient

elle cille des yeux

quelqu’un l’aime?

il est aveugle

ou bien mort?

ouvrira-t-elle

les yeux ?

.

1994
.
.
.
ETE BLANC

C’est un été blanc
comme une poignée de main

.
Un été de cendre
un été de vent et de pensée

.
Un papillon aux ailes acides
des yeux qui cherchent

.
Un été de sommeil et de locomotive
la corruption du temps

.
Des lettres qu’on n’ouvrira que bien après
à la saison de l’Avent

.
Des lèvres cousues sur le revers des désirs
.

.
Juillet 2008
.
.
.
Dire est impossible

se souvenir

.

L’enfant et le jeune homme

.

Il y a toute une série de clichés

qui immobilisent le geste

.

La pensée

.
Photos précises ou inexactes

de l’à- peu-près

.
Qui a les a prises?

.

Automatisme du Photomaton

de la machine

.

Témoignage familial ou amical

dans l'énigme de son auteur

.

A l’occasion d’un événement

dont on a oublié la date

.

Seul moment où le visage se fige

alors qu’il est toujours en mouvement

.

Pain élastique que les années

pétrissent

.

Puits de la mémoire

sans fond ?

.

Août 2012
.
.
.
Ceci est un poème

dans un blog

.

La stimulation

dans la tempérance

.

Quelques mots sur Twitter

et sur Facebook

.

Sur la longue traîne de sable

dans l’ordre des choses

.

Pour en finir avec l’échec

la joie de réunir

.

Prendre ce qui est donné

et confirmer le geste

.

Dans les couloirs du château

.
Août 2012
.
.
.
Une nuit pour sortir de l’abîme

Pour enlever à la présence

Muette de l’invisible

Son trop plein de silence

.

Une nuit pour voir venir l’amour

Pour prolonger le temps perdu

Le temps qui m’a fait attendre

Attendre et attendre
.
.
.
Eric Dubois lit son poème « Free Jazz » extrait de son ouvrage « Acrylic blues » ( Le Manuscrit) et de son ouvrage « Poésies complètes » ( Le Manuscrit).
.

.
.
« Bords de Marne » extrait de « L’âme du peintre » Eric Dubois ,Editions Encres Vives Collection Encres Blanches

texte d’Eric Dubois dit par l’auteur
musique d’Emmanuel Berland
.

.
.
.

.
.
Le blog d’Eric Dubois Les tribulations d’Éric Dubois


  • La revue Le Capital des Mots : Le Capital des mots

  • Publicités
    No comments yet

    Laisser un commentaire

    Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

    Logo WordPress.com

    Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

    Image Twitter

    Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

    Photo Facebook

    Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

    Photo Google+

    Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

    Connexion à %s

    %d blogueurs aiment cette page :