Skip to content

Jacques Josse fait son Retour poétique à Nantes

juin 6, 2012

Source : Nantes Actu 06/06/2012




Dans ses déambulations, Jacques Josse est irrémédiablement attiré par la Loire. Photo : Oletourn

Dans ses déambulations, Jacques Josse est irrémédiablement attiré par la Loire. Photo : Oletourn

Jacques Josse est de Retour à Nantes. Le poète rennais vient de sortir un recueil qu’il présentera lors de deux rencontres, jeudi et vendredi. Une déambulation dans Nantes à la faveur des flots de la Loire et ses fantômes.

« Nantes, je m’y pose à peine, bouge en dedans en ne donnant pas si facilement sa mémoire en pâture à ceux qui aimeraient tant la sonder en profondeur pour susciter l’émoi des écrivains, des peintres, passants, passeurs capables de relier deux ou trois siècles en un clin d’oeil. C’est avec ce secret espoir en tête que je déambule ici, glissant de bar en bar et de rue en rue dans l’intention de croiser quelques ombres fragiles ».

Et des ombres, l’auteur va en croiser. Celle de Julien Gracq, l’inévitable, celle d’André Breton, de Claude Cahun, de Jacques Vaché, de Maurice Fourré… Retour à Nantes est un court récit poétique, quasi-initiatique, jamais nostalgique. Un parcours dans Nantes où Jacques Josse nous entraîne sur la trace des écrivains nantais ou de passage, suivant le souffle des fantômes littéraires de la ville.

« En la traversant, la ville m’a traversée »

Si le récit est celui d’un soir, Jacques Josse a arpenté la ville de nombreuses fois pour l’écrire. A l’automne 2010. Invité à Nantes par la Maison de la Poésie, il y propose des ateliers dans le cadre du dispositif « Art en Partage ». Pour prolonger ces moments, l’auteur choisit d’écrire un texte. Ce sera sur Nantes, une évidence. « A chaque fois que je venais à Nantes, j’y flânais longuement et déambulais. Et en la traversant, la ville m’a peu à peu traversée », raconte Jacques Josse. Sous la pluie parfois battante, l’auteur s’abrite dans les lavomatiques pour prendre quelques notes, saisir la ville, avant de repartir longer les quais. « J’ai toujours été très attiré par l’eau, alors la Loire m’appelait ».

Terminus Rennes, De passage à Brest… Le président de la Maison de la poésie de Rennes est habitué à ce type de récits. « J’aime m’imprégner d’une ville », reconnaît le poète qui se laisse guider par le hasard de la promenade. « Je suis mon inspiration, marche à l’instinct. Je n’ai pas de volonté de me rendre sur des lieux en particulier. » Mais il cherche ensuite si les lieux qu’il a piétiné ont été évoqués par d’autres écrivains auparavant. « Il y a la réalité et le monde secret de ceux qui nous ont précédé. C’est un peu regarder ce qu’on oublie », explique Jacques Josse. Mais même les fantômes le rappellent au présent.

« Ici comme ailleurs des disparus s’arrangent pour s’immiscer dans les méandres du présent. Ils profitent du moindre interstice, du plus léger courant d’air pour s’offrir une balade en intérieur. Leur visite est bienveillante. Tous susurrent des paroles de bon sens. Me disent qu’il est préférable des les abandonner au premier coin de rue pour aller, tant qu’il en est encore temps, rejoindre les vivants. »

Vagabondages

Jacques Josse les délaisse un temps donc, sans oublier de les citer, de mêler à ses mots ceux de ses prédécesseurs. « C’est une façon de payer mes dettes envers eux », s’amuse-t-il. « Certains auteurs ont évoqué Nantes bien mieux que je ne saurai le faire. J’ai bien essayé de ne pas parler de Gracq mais c’est impossible de passer à côté de son grand livre sur Nantes (La forme d’une ville). »
Ainsi vagabonde le poète et nous entraîne avec lui, dans sa prose, une forme qui lui permet « de dire plus de choses, d’avoir une respiration plus souple et soutenue ». Ainsi se remémore le passé, à la manière de cette ville bâtissant son mémorial. Inscrire réhabilite…

Une lettre d’amour à Nantes

Retour à Nantes peut s’envoyer comme une lettre. C’est un petit recueil imprimé sur une dizaine de feuillets bleus qu’on extrait précautionneusement d’une enveloppe, comme on ouvre une lettre que l’on sait déjà être d’amour. Edité dans la collection Chantiers Navals de la Maison de la Poésie de Nantes, c’est un bel objet, qu’on glisse volontiers sous le bras pour l’emmener déambuler avec nous, sur un banc face à la Loire, pour voyager au rythme des mots et des flots.

Karine Parquet

Pratique. Jacques Josse sera présent à Nantes, jeudi 7 juin à 19h30 au café Le Flesselles pour une lecture-rencontre, entrée libre. Vendredi 8 juin à 19h30, il sera aussi à la Bibliothèque de Haute-Goulaine pour une lecture de ses textes et d’auteurs qu’il affectionne, entrée libre. Plus d’informations sur le site de la Maison de la Poésie de Nantes.
Retour à Nantes, éditions Maison de la Poésie de Nantes, mars 2012, 5€.

(Photo ci-dessus à gauche, Jacques Josse par Michel Durigneux)


Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :