Skip to content

Alain Jégou, poèmes

avril 25, 2012

Vivisection

RENCONTRE – ARTAUD –
IMPLOSION VISCERALE

Noir frappant de sa respiration hâtive
son poème recroquevillé sur le billot des songes
Artaud les yeux noués sur le feu des temps
les doigts enfoncés les ongles noirs dans sa poitrine lasse
des mots cloués un à un dans le bois de sa vision

voir mes dents se briser sur ces barreaux
mon coeur éclater se répandre sur mes lèvres
mes yeux mes yeux liés à mes tempêtes du dedans

….

Vivisection, 1973
*
*

Eclaircie

soulèvement des effluves marines
déchirure d’un couchant de granit
les ports aversent des brumes bleutées
opaque des gencives sous l’étreinte d’alcool
ça sirupe de boucaille dans les regards immobiles
ça détrône du vif dans l’irrespirable de psaumes
à dégrossir des furies de houle
des écarts de vents sous les lambeaux d’un ciel d’angoisse
les pétales de lune voisinent avec les voiles
dans les torpeurs de calmes plats
où faseyent les coeurs
où murmurent les grèves dénudées
les feux du large clignotent comme ceux d’un claque bondé
coeur embrumé qui en partance
sous la gîte du crâne
s’estompe dans l’espace mauve du couchant
lui reviennent litanies
parcelles d’attouchements
étreintes au ventre d’une poulie coupée
les images frisées dégoulinent en plein silence
des nuages courent sur la mélasse du crâne
un grain creuse dans la nuit
une douce hemorragie sous le scalp des vents portants
de suroît soudaine réalité de trime
fièvre
la mer querelle les étoiles
l’urine fraîche des vagues lessive la douleur
du partir
brûlure enfouie sous la poudre d’écume
il reste de l’exil à parfaire le sillage
les geste de survie sont minoritaires

De l’errance ordinaire, 1979

*
*

Un chrysanthème dans le pif

A Claude Pélieu et Mary Beach

Aujourd’hui le ciel de Bretagne à le sourire qui fuit
Mélanco naze flottant sur la houle des clavaires
Marée bigote lécheuse de traditions
Le pays a le chrysanthème louche
Foi de convenances et recueillements chroniques
D’Amérique les mots que je relie ont meilleure attitude
Et la saine amplitude des raz-de-marée impies
Illuminations verbales loin la boucaille d’ici
Qui embourbe tragiquement l’espace et les esprits
Quelques pincées de vie soigneusement enveloppées
Arrimées aux clameurs de tripes et sentiments
Quelques tons survivants superbement poignants
Rétifs à toutes niaiseries et convenances à la con
Quelques tons survivants superbement poignants
Renouer avec l’ampleur des envolées sublimes
Recouvrer l’énervance et les envies qui priment
En ce jour gris et glauque de tapineuse langueur et
Pieuse hypocrisie
Les vents chagrins de suet déballent leur attirail
Susurrent leur mélopée à nos souilles méningées
Morbides et suicidaires en l’affligeante ambiance
Ces vents sont si troublants et fourbes et angoissants
Ceux qui ouvrent la voie aux plus fortes dépressions
Ravageuses émérites et naufrageuses notoires
Cartes postales-collages-poèmes comme poignées de coeur
Pour conjurer le sort et son mauvais lagad
Contrecarrer le flux de céleste nausée
Percer la sale couche de nuages effrontés
Moucher les hargnes et frimes tempétueuses
Redonner vie à toutes les humeurs et chaleurs baladeuses

Lagad : l’oeil (breton)
1er novembre 1999
Qui contôle la situation, 2005

*
*

Passe Ouest

A chacun sa zone d’ombre. A chacun sa dose de silen-
ces, de reserve et de repli, son lot de sentiments troublants
ou accablants, son jardin ou son cloaque secret. A chacu,
son Eden ou son Enfer, son univers de mots, d’images et
de pensées sauvages. A chacun ses mrsures, morflures
et éraflures. A chacun ses pulsions, passions et vibrations.
A chacun sa déprime ou son fantasque élan.

Une ondée martèle l’océan, aussi bruyante, intempestive
que les semelles ferrées d’un canasson égaré sur le zinc d’un
bistringue au décor suranné.
Les gouttes, lourdes et rondouillardes, explosent au
contact de l’onde et giclent en milliers de bulles cristallines
sur le miroir figé. Certaines s’éclatent, dégoulinent sur nos
visages, puis s’immiscent lascives dans nos cols pour s’aller
réfugier loin entre la peau et la toile rêche des cirés.

Passe Ouest

*
*

A Lance Henson

janvier-février 1998

Le nuit froide fait éclater
siagner les gerçures
de la terre-mère
la lune du peyotl
aguiche nos regards
bizarrement boutiqués
dans le Renault Master Rock and Roll
Jim Morrison espère plumer son cafard
en enterrant sa hache de guerre

Entre Carhaix et Lorient
la campagne est livide
solitaire et glaciale
aucun phare ni fanal
aucune loupiote amène
pas même un feu follet
déconnant tout son soûl
pour égayer la lande
rien que nous et le diesel
pour trouer le silence
fendre la bise barbare
et câliner l’asphalte

« Hey brother ! Are you OK ?  »


Quimper est poésie


Source : L’univers poétique d’Alain Jégou

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :