Skip to content

Jong N. Woo

avril 12, 2012

source : poésie maintenant


 

parler à

 

comme je parlerais

à une fleur

 

(et cette fleur est sans,

sans horizon

ni destinée)

 

     *

 

ce parler-à

 

(comme pour la première

fois, comme l’unique fois)

 

commence et finit

sans loi sans économie

sans préalable sans

ordre, aucun

 

échouant

chaque nuit

sur la plage infime, infinie

 

du peut-être

 

     *

 

(…)

parler

 

comme à

une fleur sans

 

qui a disparu

et ne disparaît pas

 

qui a quitté et le jour et la nuit

mais demeure fixée

quelque part

dans un coin de l’âme

et du corps

 

à l’état de la pure

 

fragance

 

 

L’Ébranlement. – Éditions Jacques Brémond, 2007. – 94 pages.

Poème repris dans L’Année poétique 2009 (éditions Seghers, 2009).

 

 

Jong N. Woo


Née à Séoul (Corée du Sud), vit en France. Parmi ses autres recueils : Blanchement (A Contre Silence, 1998, Prix Claude Sernet 1999) ; Lacrima (A l’Orange Sanguine, 1999) ; L’immémorial (Trames, 2008). Nombreux livres d’artistes, notamment aux éditions Le Verbe et l’Empreinte. Collaboration aux revues ARPA, Le Nouveau Recueil, Critique, Ralentir Travaux, Midi, ..


Advertisements
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :